2/01/2012

On joue (encore) aux dés ?

Et merde.

En à peine un mois, je traverse deux périodes décisives (chaotiques, me dis-je) dans ma vie, et à chaque fois, ça vire du mauvais côté.

Maintenant, je sais avec certitude quelle est ma plus grande peur.

Je vis malheureux mais essaye de le prendre avec légèreté.
Je n'y arrive pas toujours.
Avouez que c'est quand même ridicule de me retrouver à déprimer ! Ha ! ha ! ha ! Hi ! hi ! hi!

Bon. Bon bon bon bon bon !

Bien.
Oh, je refuse toujours le suicide et préfère surmonter les épreuves plutôt que de les fuir. Mais des fois, j'ai vraiment envie de devenir un marginal.
Pour être libre.
Mais ce serait égoïste.
Et comment que je pourrais avoir l'électricité, si je suis marginal ?

Oh je me doute bien qu'il n'y aura personne parmi mes connaissances pour se dire "Putain c'est un cri d'alerte il faut que je le soutienne !". Si ? Ben on verra, quoi. Je joue à nouveau à la roue de la fortune !

Franchement depuis que je suis à Grenoble, j'ai l'impression d'être malchanceux. Dans le sens où les choses se passent souvent plus mal que ce à quoi je ne m'attendais.

Y a guère que trois fois où les choses se sont passées mieux que prévu.
Parmi celles-ci, le relatif succès de mon blog L'étoile du marin. Y en a qui viennent pour me dire des méchancetés, personnellement je trouve ça flatteur parce que ça montre qu'ils accordent suffisamment d'importance à mon blog pour le commenter.

Peut-être faudrait-il que je mange du trèfle à quatre feuilles et que je me foute un fer à cheval dans le cul pour que les choses se passent mieux.

Il parait qu'en France, les gens rouspètent mais n'osent pas dire aux autres ce qu'ils pensent vraiment.
Dire que j'aimais ce pays... Non, Sarko, tu ne me vireras pas !

Cet article est un peu nul. Mais je le publie parce mon blog déchetterie doit un minimum tenir son rôle de défouloir.

En tout cas, bonne chance à vous ! ;-)

3 commentaires:

  1. L'article est un peu trop personnel.

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. "Franchement depuis que je suis à Grenoble, j'ai l'impression d'être malchanceux. Dans le sens où les choses se passent souvent plus mal que ce à quoi je ne m'attendais."

    En même temps, Grenoble c'est un peu l'enfer social, autant dire que les dés sont pipés !

    Je n'ai toujours pas assouvi ma vengeance envers cette fange d'antisociaux qui supportent le gris.

    RépondreSupprimer

Rappelez-vous : on a le droit de dire des conneries, mais au bout d'un moment, il faut se rendre compte que c'est des conneries et arrêter de les dire.