9/05/2016

Sex, drugs and solar power


Malgré des perspectives absolument réjouissantes depuis mon arrivée à Perpignan, le souci me ronge. Nous sommes plusieurs à estimer que la souffrance d'amour, c'est le pire. C'est une des raisons pour lesquelles je ne veux plus être amoureux de qui que ce soit.

Mais la douleur gagne du territoire. J'ai besoin d'attachement. Par conséquent, il n'est pas étonnant que lorsque les gens à qui je tiens m'abandonnent, je sois malheureux. Donc je bois.

Attention, Corentin. Quand on se rend compte qu'on commence à devenir dépendant, il est déjà trop tard.

5 commentaires:

  1. Essayes Tinder au lieu de picoler ;)

    RépondreSupprimer
  2. Un lecteur avéré de ton blog ^^

    RépondreSupprimer
  3. Comme l'indique mon pseudonyme, je m'appelle Baptiste ^^'

    RépondreSupprimer

Rappelez-vous : on a le droit de dire des conneries, mais au bout d'un moment, il faut se rendre compte que c'est des conneries et arrêter de les dire.