6/10/2011

Les frontières éoniennes de la misère humaine

Faisons les choses dans l'ordre : pourquoi ce titre ? Un éon, c'est une très grande distance temporelle, égale à un un milliard d'années terrestres. Eoniennes, parce que je trouvais le néologisme joli, parce que ça permet de bien représenter l'immensité de la misère humaine.
Un jour, en parlant d'Omblio, j'ai dit à mon prof de maths de prépa que je voulais écrire un livre qui serait aussi bien que la misère du monde est grande, en disant que c'était ambitieux. Il me répond à peu près en ces termes : "Ah mais ça c'est pas de l'ambition, c'est de la folie ! Mais c'est pas grave, de toute façon y a que des fous qui font des choses bien.".

On pourrait penser que les scientifiques sont des gens sérieux qui sont rationnels, précis, et qui font bien leur travail. Que nenni : ceux qui travaillent dans les sciences de la matière et des ondes ne maîtrisent même pas l'outillage mathématique qu'ils utilisent, jusqu'à en ignorer la définition de notions aussi basiques que celle de fonction, et ça imite ses profs et ses collègues, faisant alors le travail à moitié, si l'on puisse quantifier les choses ainsi. Chez ces scientifiques, mais c'est aussi hélas vrai chez les mathématiciens, on ne fait pas de démonstrations complètes, ou alors rarement. Du coup, les chercheurs se font confiance les uns les autres. Trop.
Je continuerai à chasser les obscurités pour les emplir de lumière, mais je crains que la tâche ne soit d'une ampleur proprement démesurée.
Un de mes profs avait dit que les pires ennemis des scientifiques, c'était les scientifiques. Je n'irais pas jusque là, mais je sais que je devrai batailler dur pour défendre mes opinions ; ça a déjà commencé avec mon maître de stage avec le hasard, parce que la mécanique quantique parfaite, moi, on me la fait pas.

Et cette réunion du Parti de Gauche, avec un projet écologique si indigent, si imprécis et si inquiétant...

Et moi je fais quoi, là ?
...
Je crois que je vais me battre. Contre cette misère du monde que j'abhorre, contre la négligence, contre la fainéantise, contre la méchanceté, contre l'égoïsme, contre le mensonge, contre la lâcheté, BST sera là ! Et vous pouvez compter sur moi pour faire péter la baraque avec mon livre Omblio. Et encore, peut-être brillerai-je aussi en matière d'innovation énergétique et scientifique, mais nous n'en sommes pas encore à là.

Et s'il vous plaît, si vous pouvez m'aider... merci.

1 commentaire:

  1. Je ne vois pas vraiment quelle critique de ce texte on pourrait faire.

    RépondreSupprimer

Rappelez-vous : on a le droit de dire des conneries, mais au bout d'un moment, il faut se rendre compte que c'est des conneries et arrêter de les dire.