4/17/2011

There ain't no way but the hard way

Il y a près d'une semaine, je viens de réaliser quelque chose qui vient de changer ma vie : la fac, c'est autant de travail que la prépa. Avant, j'avais presque peur de louper mes examens, mais maintenant, je travaille plus, sur de sujets plus divers, et je me sens plus serein. Et puis les sciences matérielles et ondulatoires (le nouveau nom que je viens de trouver à ce que l'on appelle communément, un peu à tort, physique), ça devient vraiment kiffant que quand on en fait beaucoup. Alors autant en faire beaucoup.
J'en suis même à vouloir passer l'agrégation pendant mon année de master 2. Le camarade Morenas me l'avait conseillé, en disant qu'il y avait plein de bons exercices, avec des trucs concrets. Pensant que l'agrégation allait disparaitre, cette idée m'est sortie de la tête. Puis j'ai découvert que le CAPES et l'agrégation existaient encore. Désireux de parfaire mes connaissances en sciences matérielles et ondulatoires, souhaitant enseigner à la fac lorsque je serai chercheur, à la fois pour me venger du manque de pédagogie de mes profs de fac et pour me faire un peu d'argent, me voilà parti pour me confronter à l'agrégation au master 2. Pour gagner.
Pour reprendre un peu Airbourne : There ain't no way but the hard way ! So I'm getting used to it. Yeah.

1 commentaire:

  1. Je ne vois pas spécialement ce qu'il y a à critiquer dans cet article.

    RépondreSupprimer

Rappelez-vous : on a le droit de dire des conneries, mais au bout d'un moment, il faut se rendre compte que c'est des conneries et arrêter de les dire.